Typhon No 15 : message de l’ambassade aux responsables d’îlot (21/9/2011)

Les responsables d’îlot ont reçu ce message émanant des services de l’ambassade de France au Japon :
Un typhon de grande puissance frappe actuellement l’île de Honshu et se dirige
vers l’île de Hokkaido. L’ambassade de France vous serait reconnaissante de
bien vouloir vérifier la situation des Français de vos îlots et de lui
communiquer tout problème (accident, logement inondé…) en écrivant à
urgence.tokyo-amba@diplomatie.gouv.fr ou en appelant au 090 4526 5641 ou au 03
5798 6199.

Voir aussi la page de l’ambassade sur les contacts d’urgence utiles.
http://ambafrance-jp.org/spip.php?article383

Posted in ambassade de France, îlot 812, typhon | Leave a comment

Séisme du 11 mars 2011 : activation du forum «Je suis vivant» en accès libre

Note de modération : le forum a été désactivé.

Nous avons activé le forum «Je suis vivant» en accès libre (pour les inscrits comme les non-inscrits au forum.

N’hésitez pas à signaler votre situation :

http://france-japon.net/forumjapon/viewforum.php?f=38

Pensez aussi à vous signaler auprès de vos responsables d’îlots. MMes Alberte Rabiller et Yvette Fukuda. M. Christian Bouthier n’est joignable que par courriel. à cbouth (ajouter @gmail.com ) Voyez le site de l’Ambassade de France pour trouver leurs coordonnées si le consulat ne vous les a pas déjà communiquées.
http://www.ambafrance-jp.org/spip.php?article383

MESSAGERIE DEDIEE AUX SITUATIONS DE CRISE :

urgence-tokyo@diplomatie.gouv.fr
En situation normale, cette messagerie facilite les contacts de routine des responsables d’îlot avec l’Ambassade. Consultée pendant les horaires de bureau, elle serait contrôlée 24h/24h en situation d’urgence et peut être utilisée dans ce cas par toute personne en difficulté ou souhaitant donner de ses nouvelles.

Mise à jour du 11 mars 2011, à 19h (heure japonaise)
Message du Lycée Franco-Japonais de Tokyo

À l’attention de tous les parents d’élèves et personnels,

Suite au seisme qui a été fortement ressenti sur nos deux sites de Fujimi et de Ryuhoku, nous tenons à vous informer qu’aucun incident n’est à signaler et que la procedure d’évacuation s’est déroulée normalement.
Dans l’attente du rétablissement des transports, les élèves ne pouvant rentrer à pieds à leur domicile resteront sous la surveillance de l’établissement.
Bon courage à tous.

Michel SAUZET

Posted in ambassade de France, îlot 812, îlotage, communication de crise, sécurité Japon, tsunami | Tagged , , | Leave a comment

Essai réussi du téléphone Iridium le 1er février 2011

Le 1er février, à 9h30, nous avons effectué un essai du téléphone Iridium prêté par l’ambassade pour communiquer en cas de catastrophe. L’essai s’est bien déroulé, nous avons pu contacter rapidement, en 3 minutes, le service de l’ambassade chargé de la sécurité et de la gestion des îlots.
Ces essais ont lieu les premiers mardi (de 8h00 à 10h00) et jeudi (de 17h00 à 19h00) chaque mois.

Posted in îlot 812, îlotage, Iridium, téléphone satellitaire | Leave a comment

Exercice de prévention pour les personnes bloquées dans Tokyo après un séisme

Environ 4200 personnes ont participé ce lundi à Tokyo à un exercice de lutte antisismique, 16 ans exactement après le grand tremblement de terre de Hanshin-Awaji.

L’exercice, organisé par la mairie de l’arrondissement de Chiyoda et d’autres, était basé sur un scénario dans lequel la circulation et les transports seraient paralysés par un puissant séisme.

Le personnel de la gare d’Akihabara et des bénévoles ont conduit les participants depuis la gare et des bâtiments proches vers une place.

Ils ont ensuite marché environ six kilomètres vers une autre gare, relevant en chemin l’emplacement des toilettes publiques et des magasins de proximité où les personnes pourraient obtenir de l’eau potable.

L’arrondissement de Chiyoda estime que plus d’un million et demi de personnes seraient bloquées dans la zone après un puissant séisme. (NHK World)

Source : http://actu.jp/

Posted in médias, sécurité Japon | Leave a comment

Alerte au tsunami et évacuations au sud du Japon après un fort séisme

TOKYO — Des dizaines de personnes ont dû évacuer en pleine nuit les côtes de plusieurs îles situées au sud du Japon à la suite d’un violent séisme de magnitude 7,4 qui a déclenché tôt mercredi matin une alerte au tsunami.
Selon l’Institut de géophysique américain (USGS), la secousse s’est produite à 02H19 (mardi 17H19 GMT), près de l’île Chichijima, appartenant au groupe d’îles Ogasawara, à environ 1.000 km au sud de Tokyo. L’hypocentre était situé à 14 km de profondeur dans l’océan Pacifique.
Dans les minutes qui ont suivi, un message diffusé par haut-parleurs a averti les habitants que des vagues pouvant atteindre deux mètres de haut risquaient de s’abattre sur les côtes de ces îles.
« Toutes les personnes se trouvant près des côtes doivent évacuer vers des zones plus élevées », indiquait le message de l’Agence météorologique japonaise, relayé en boucle par les chaînes de télévision en japonais, anglais, coréen, chinois et brésilien.
« Environ 120 personnes ont été déplacées vers des endroits surélevés à Chichishima et une cinquantaine sur l’île voisine de Hahashima », a déclaré à l’AFP Koji Watanabe, un responsable d’un village de Chichishima, joint par téléphone.
Il a ajouté « ne pas être informé d’éventuelles victimes ».
(…)
Lire l’article complet ICI.

De Gilles CAMPION (AFP)
Copyright © 2010 AFP. Tous droits réservés.

Posted in communication de crise, médias, sécurité Japon, tsunami | Leave a comment

Comité de sécurité du 1er décembre 2010 à l’Ambassade de France (Tokyo) – compte rendu

Compte rendu du Comité de sécurité du 1er décembre à l’Ambassade de France (Tokyo)

Nous étions réunis pour écouter l’exposé du Lieutenant-colonel LEROUX, chef des opérations de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris. Il a commandé des opérations de secours en Haïti en janvier 2010 (un détachement national constitué à partir d’unités de pompiers de la zone sud et de l’unité de sécurité civile de Brignoles » (60 spécialistes en sauvetage/déblaiement (SD), avec 6 chiens de recherche). Pour illustrer son propos, un film décrivant la situation durant son action nous a été présenté.

Il s’agissait d’un séisme de magnitude 7 suivi d’un autre de 6.

L’équipe est arrivée plusieurs jours après le séisme et donc après que certains travaux de déblaiement aient eu lieu. Voici son action ainsi que celle des équipes internationales.

Délai d’intervention :

L’UNDAC [Système des Nations Unies pour l'Évaluation et la Coordination en cas de Catastrophe] gère l’intervention des équipes internationales. L’attente d’une autorisation d’intervenir sur un sol étranger s’ajoute au délai d’envoi des équipes. Les membres intervenants sont ensuite alertés et commencent à se mobiliser pour se rendre sur la zone touchée. Le matériel, extrêmement encombrant, se trouvant parfois en plusieurs endroits, est rassemblé et le tout transporté sur des avions militaires.

Les hommes :

Les effectifs humains sont importants tout comme le matériel. Ce sont souvent des bénévoles ayant suivi une formation poussée :  médecins, ambulanciers, ingénieurs ou pompiers sauveteurs.  Les équipes doivent être totalement indépendantes, d’un point de vue intendance et logistique (campement, nourriture, eau) et ne pas être une charge  pour les autorités locales.  Elles doivent pouvoir être autonomes malgré la destruction des infrastructures.  Cette autonomie est de 15 jours.

Les sauveteurs doivent respecter certaines procédures d’intervention: l’aide apportée doit correspondre aux besoins répertoriés par les autorités locales ou par ceux qui gèrent les secours sur place. De plus, ils doivent être sensibles aux paramètres culturels, les équipes présentes ayant souvent des origines très diverses.

La première préoccupation est la sécurisation des personnels, hommes et femmes, familiers de ces situations de crise: équipements de protection individuelle, balisage des zones  à risque, éclairage, gestion des personnels pour éviter la fatigue, le surmenage et le coup de chaleur d’effort. Dans le cas d’Haïti, travailler dans la chaleur tropicale quelques heures après le départ de Paris en plein hiver, et supporter l’odeur qui se dégage des décombres.

L’équipe française occupait le terrain de l’ambassade de France. Ce qui ne serait pas une option à Tokyo.

Les techniques  et le matériel :

Les techniques de sauvetage font partie des formations militaires de la sécurité civile. Elles sont aussi enseignées entre autres chez les sapeurs-pompiers. Ils sont familiers d’une intervention en temps de guerre, par exemple. (Pour information, les Pompiers de Paris sont des militaires)

Les sapeurs sauveteurs français, affectés sur le site de l’hôtel Montana pour la  recherche et l’extraction des survivants, ont utilisé des géo-stéréophones et des caméras endoscopiques sous les décombres. Ces sondes détectent si quelqu’un remue, bouge, gratte ou tape et ont pu ainsi permettre de retrouver plusieurs victimes.

Quand on retrouve un survivant, il faut souvent déplacer les débris à la main. Des machines lourdes seraient dangereuses pour les ensevelis. Malgré l’efficacité des nouveaux robots, des chiens dressés (équipe cynophile) sont extrêmement utiles. Toutefois, ces chiens qui fouillent des ruines à la recherche de survivants se blessent les coussinets sur les éboulis et s’épuisent rapidement. Certains périssent.

Les survivants dégagés des décombres sont ensuite examinés et classés par priorité. Un hôpital de campagne est mis en place pour faire de la chirurgie mais certaines opérations d’urgence ont lieu sur le terrain.  Il est parfois nécessaire d’amputer sur place des victimes coincées trop longtemps sous de lourds pans de murs, afin d’éviter un syndrome de (de)compression (crush syndrom) qui pourrait entraîner une insuffisance rénale et la mort.  Les médecins remplacent les médecins locaux eux-mêmes en état de souffrance pour petit à petit les laisser prendre  le relais.

Approche stratégique nécessaire :

Les sauveteurs  tentent de savoir si les victimes pourraient être concentrées dans une zone du bâtiment (poches de survie). Par exemple, s’il y a eu une réunion dans une grande salle, c’est là que les recherches commenceront. Ils recherchent des espaces vides où des personnes peuvent se retrouver enfermées suite à l’effondrement des murs, ou des endroits où les survivants ont pu se cacher (sous un bureau, dans une baignoire ou un escalier).  L’écoute est un élément crucial, réclamant l’immobilisation des équipes de recherche pendant plusieurs minutes afin de percevoir le moindre bruit de manifestation d’une personne ensevelie.

Dans le souci de sortir des victimes vivantes, leur mission consiste à les localiser. On organise donc les éléments qui sont capables de localiser les victimes, essentiellement sur l’exploitation du renseignement, c’est-à-dire quand des gens leur disent qu’ils ont entendu des personnes à un endroit, ils vérifient car parfois, les gens pensent avoir entendu et quelquefois, il n’y a rien !

Afin d’éviter les recherches redondantes, quand une zone a été fouillée on la balise à l’aide de signes reconnus par l’INSARAG [Groupe Consultatif International de Recherche et de Sauvetage des Nations Unies (GCIRS) -UN’s International Search and Rescue Advisory Group] .

Les autorités locales décident de la fin des recherches de survivants. Généralement au bout de 5 ou 6 jours. Cependant, en Haïti 2 personnes ont été retrouvées vivantes après 11 et 15 jours. L’accès à l’eau étant un facteur de chance. Les équipes internationales ont elles aussi du travail dans leur propre pays et ne peuvent bien entendu rester au-delà de 2 semaines, limite de leur autonomie.

En conclusion :

Rappelons que le séisme  de janvier 2010 en Haïti a fait plus de 220.000 morts, 310.000 blessés et 4000 amputés.
Les équipes de sauvetage, locales ou internationales, font un travail extraordinaire dans des conditions extrêmement éprouvantes physiquement et psychologiquement. Même pour des brigades françaises, en tant que ressortissants français nous ne serions pas leur priorité, ici au Japon : comme vous l’avez vu plus haut, la coordination de leur action est gérée par l’UNDAC.

Mais aidons les sauveteurs à nous localiser :  si nous sommes de retour en France  ou en voyage, le temps qu’ils ne mettront pas à nous rechercher ici sera d’autant donné pour sauver une autre personne. Toutes les ressources seront ainsi utilisées pour les présents.
D’où l’intérêt de notre système d’îlotage et de la mise à jour régulière de votre adresse, en toute confidentialité.
Prière aussi de vous manifester pour rassurer les chefs ou suppléants d’îlots sur votre sort ou leur permettre de mesurer les dégâts que vous avez subis et vos besoins. Ils relayeront cette information auprès de l’ambassade.
À vous de faire un effort de votre côté pour faciliter la tâche des sauveteurs.

Recensez-vous auprès de votre îlot, quand vous vivez dans un pays étranger ou quand vous le quittez.
Quand vous voyagez, vous pouvez profiter des sites du Ministère des Affaires étrangères (MAE) recensant les personnes en déplacement dans un pays donné. Votre enregistrement se fait sur le site « Fil d’Ariane » :
https://pastel.diplomatie.gouv.fr/fildariane/flux/protected/frameset/index.html

https://connexion.mon.service-public.fr/

Contribution d’Yvette Fukuda
co-responsable de l’îlot 812 (arrondissements de Taito et d’Arakawa)

Posted in îlot 812, communication de crise, Haïti, phénomènes naturels et climatiques | Tagged , , , , , | Leave a comment

Phénomènes naturels et climatiques, se protéger avant pendant et après l’événement

Vous pouvez trouver des informations générales sur les phénomènes naturels et climatiques sur le site www.france.fr .

Extrait :
Comprendre les phénomènes naturels et climatiques, se protéger avant pendant et après l’événement : le portail interministériel de prévention des risques majeurs fournit tout un ensemble d’informations sur les risques naturels. Pour chaque type de risque (inondation, canicule, grand froid, tempêtes, etc.), vous pouvez consulter des informations dédiées à votre commune ainsi qu’un guide de préparation aux situations d’urgence (pdf). Le site détaille également les mesures mises en oeuvre par les autorités de l’État en cas de crise nationale majeure.

Source : Portail http://www.france.fr
http://www.france.fr/vivre/vie-quotidienne/prevention-des-risques/service/faire-face-aux-risques-climatiques-et-majeurs

Posted in îlot 812, médias, phénomènes naturels et climatiques | Leave a comment

Test des téléphones Iridium (utilisant directement les satellites)

Les téléphones Iridium sont prêtés par l’Ambassade de France aux responsables de certains îlots de Tokyo. Il s’agit d’appareils utilisant directement les satellites pour communiquer.
Voir ce lien pour plus de détails.
Vos responsables effectuent régulièrement des tests de fonctionnement avec les Services Consulaires et le prochain test mensuel de communication Iridium aura lieu le mardi 6 juillet.
N’hésitez pas à entrer en contact avec les responsables de votre secteur si besoin.

Posted in ambassade de France, îlot 812, îlotage, communication de crise, Iridium, sécurité Japon, téléphone satellitaire | Leave a comment

Bilan du séisme de Haïti : 111 499 morts et 190 000 blessés

D’après le journal Le Monde

« Le gouvernement a déclaré terminée la phase de recherches et de secours », a indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU, dans un communiqué. « Il y a eu 132 vies sauvées par les équipes de secours internationales », a-t-il ajouté.
(…)
Le bilan, une dizaine de jours après le tremblement de terre de magnitude 7 qui a frappé le pays, fait état de 111 499 personnes décédées et plus de 190 000 blessés (…). 55 000 familles ont été sinistrées.

Posted in médias, séismes du monde | Leave a comment

Réunion du Comité d’Hygiène et de Sécurité sur le site du lycée de Ryuhoku (30 nov. 2009)

En tout 16 personnes participaient à cette réunion : des représentants de l’école, de la sécurité et des parents d’élèves. J’étais la seule îlotière, les autres étant retenus par leurs obligations professionnelles.

1 – La grippe A
M. le consul nous informe qu’un lot de 7000 vaccins sera réceptionné le 13 décembre.
Bilan des élèves atteints
Depuis la rentrée scolaire en 3 mois (sept, oct, nov), 90 cas de grippes chez les élèves et 5 parmi le personnel. Le gouvernement japonais considère actuellement toute grippe comme étant du nouveau virus et la traite comme telle.
C’est donc un pourcentage de moins de 1% en regard de l’effectif du lycée qui est de 1023 élèves et le nombre est en régression le jour de la réunion.
Il y a fermeture d’une classe quand le nombre de malades atteint 10% de la classe soit 3 enfants par classe.
On rappelle qu’il y a des activités communes avec d’autres classes de même niveau.
Différences entre les règlements japonais et français
Au Japon, le chef d’établissement décide de la fermeture. En France, la décision est du ressort du préfet, donc ici c’est le consul qui doit décider de la fermeture du lycée. Comme jusqu’à présent il y a eu moins de 10% de cas, cette mesure n’a pas été nécessaire.

Mesures préventives au lycée
Au Japon on fait grand usage du gargarisme. En France non.
Dans l’établissement, des désinfectants sont placés dans l’entrée, à la réception, près des objets utilisés en commun comme les instruments de musique etc… Les enfants étaient un peu rigolards au début mais sont maintenant très consciencieux des consignes de prophylaxie et les suivent très sérieusement.

Vaccin
Le vaccin sera donc disponible le 13 décembre et il est gratuit. Sans adjuvant pour les moins de 10 ans, il nécessite un rappel 21 jours plus tard. Les adultes recevront un vaccin unique.
Réfléchir aux dates propices pour que ce rappel puisse être effectué dans un délai de 3 semaines.
Si la famille prévoit de voyager en France, il est possible de procéder à ce rappel là-bas où il est également gratuit.
Les vaccinations se dérouleront à Fujimi dont l’accès est plus facile pour la communauté.
L’inscription est volontaire.
Dates :
Le dimanche 13 décembre et les 2 autres week-ends de décembre
Pour les enfants, le mercredi 16 décembre – 13h et le 6 janvier
On prévoit 30 injections par heure, de 9h à 13h, une pause, puis de 14h à 18h.
Pour gagner du temps prévoir de vérifier la température le matin.
Dans les dispensaires japonais, en raison d’une pénurie du vaccin, celui-ci est réservé en priorité aux personnes fragilisées (bas-âge, grossesse, vieillards).
Ce vaccin est accessible gratuitement, à tous les ressortissants français enregistrés au consulat ou pas, ainsi qu’à leurs conjoints japonais.
Voir les informations à ce sujet sur le site de l’Ambassade de France.

2 – Exercices et information séismes
Ces exercices ont lieu 3 fois l’an, une fois par trimestre.
Ce premier trimestre, en novembre pour les séismes. (Sont prévus en décembre ceux en cas d’incendie).
Il s’agit d’un exercice d’alerte, de refuge sous les tables. Puis de mise en place du capuchon de protection suivi d’une évacuation dans la cour et ce, pour les 2 sites du lycée.
Essai du satellitaire (voir l’article précédent) : L’antenne de l’ambassade est maintenant mieux placée et reçoit bien les signaux.
Une équipe de sécurité est organisée en vue d’un tremblement de terre de forte puissance.
Aux vacances de la Toussaint, les 30 et 31 oct., a eu lieu un simulacre avec évacuation de reconnaissance au parc d’Ueno.

3 – Formation continue du personnel
Trois jours de formation et pour premiers soins. Le lycée organise des stages et 50% du personnel est préparé à dispenser des soins pédiatriques à de jeunes enfants. Il y a des explications d’infirmiers et de médecins afin de savoir comment aborder de jeunes enfants sous stress.
Pendant les vacances des élèves, le personnel passe quelques jours de formation sous la direction d’un médecin.
Il y a un stock d’urgence, ciblé infantile, d’aliments et médicaments.
Surveillants, enseignants, aide maternelle : Tous les personnels ne peuvent pas participer ensemble à tous les stages, ils ont parfois d’autres stages pédagogiques ou autres.

Yvette Fukuda, co-responsable de l’îlot 812

Posted in îlot 812 | Leave a comment